[Un regard critique sur la religion en Afrique] : exorcisme, délivrance, quitter le sensationnel et chercher l’enracinement dans la foi

12408

Le père Donald Zagoré est un prêtre de la Société des missions africaines (SMA).

La Croix Africa propose périodiquement ses chroniques sur la religion en Afrique.

Il faut bien le reconnaitre, l’épineuse question de l’exorcisme et de la délivrance reste une cruciale pour l’activité évangélisatrice, puisque le mal est une réalité existentielle et qu’il faut se battre pour qu’il n’ait pas le dernier mot dans notre vie.

Malheureusement, le sensationnel prend trop de place dans nos rencontres de prière en Afrique. L’exorcisme, les délivrances, et la lutte contre Satan sont pratiqués partout et par des personnes non habilitées à le faire. Cela donne à penser que le christianisme africain vit une grave crise « sotériologique », c’est-à-dire une crise de son discours sur le Salut.

Celle-ci se traduit par l’idée de plus en plus répandue que le bien-être de l’homme, son bonheur, son Salut ne deviendront une réalité tangible et parfaite que lorsque Satan aura été chassé. Le drame est que toute la spiritualité chrétienne – qui se veut être un cheminement d’enracinement profond en la foi en Jésus-Christ – est désormais réduite en simple bouclier contre Satan. Tout semble graviter autour de Satan.

La question fondamentale qui mérite d’être posée est la suivante : qu’est-ce qui sauve ? La personne de Jésus-Christ ou l’absence de Satan ? Il faut le répéter sans se lasser, c’est Jésus-Christ qui sauve, et non l’absence de Satan. Si l’absence de Satan ne garantit en aucun cas la présence de Jésus-Christ, la présence de Jésus-Christ, elle, exclut d’office Satan.

Le chemin de salut inconditionnel pour tout homme est d’avoir une vie pleinement et totalement centrée et enracinée en Jésus-Christ. C’est à juste titre que le pape Benoît XVI écrit, dans son encyclique Deus Caritas Est, ces paroles prophétiques : « À l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive » (DCE, art, 1.) Comme dit l’évangéliste Matthieu, « Cherchez d’abord le Royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné par surcroit » (Mt. 6 :33).

Aujourd’hui, sur le terrain de l’évangélisation en Afrique, il faut fermement travailler à réorienter les uns et les autres vers l’essentiel, c’est-à-dire le salut qui est en Jésus-Christ. Il faut amener tout le monde à croire fermement que Satan a été vaincu par Jésus. D’ailleurs le Christ nous dit lui-même : « Prenez courage, j’ai vaincu le monde » (Jean 16 : 33). Il n’y a aucun héroïsme à tuer un mort. Satan est vaincu.

 

Source: https://africa.la-croix.com/




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *