Actualités

Senegal: «Nous invitons à une communion de prières pour la repentance et le pardon mutuel»

Du 9 au 11 avril, les mouvements catholiques sénégalais ont initié trois jours de prière de « purification, de demande de pardon à Dieu et de réconciliation en faveur de la nation sénégalaise ».

Philomène Faye, présidente de la Légion de Marie du Sénégal, revient sur ces trois jours de prière.

La Croix Africa : Pourquoi avez-vous organisé des trois jours de prière ?

Philomène Faye : Après avoir vécu des journées regrettables de violences (manifestations meurtrières du mois de mars NDLR), aussi bien verbales que physiques, et conscients des fractures que cela a créées au sein de la nation sénégalaise, des laïcs catholiques ont souhaité que le Conseil national du laïcat prononce un discours et enclenche une démarche de réparation. Ainsi cette structure a autorisé des mouvements volontaires de spiritualité pour porter ce projet, afin de poser un regard lucide sur tout ce qui s’est passé, et faire une relecture spirituelle de ces événements. Nous nous sommes basés sur une parole de l’écriture du deuxième livre des chroniques (7, 14) : « Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, — je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays », pour dégager le thème de ces journées de prières.

Dans quelle paroisse se sont déroulées ces journées de prière ?

Philomène Faye : Bien que seules trois paroisses ont été choisies pour abriter ces prières, tous les diocèses du Sénégal sont concernés. Nos frères musulmans ont aussi été invités à être en communion de prières avec nous. Cette initiative est une invitation à une grande communion de prière pour la repentance et le pardon mutuel. Par ailleurs ce temps a permis d’invoquer le nom de Jésus Sauveur et d’appeler la nation sénégalaise à l’espérance en la Miséricorde Divine, et en ses propres valeurs et ressources pour bâtir un avenir meilleur.

Comment ses prières se sont-elles tenues dans un contexte pandémique ?

Philomène Faye : Par ce temps de pandémie, les fidèles catholiques ont suivi et participé à ces prières via les réseaux sociaux à travers les différentes pages Facebook de nos structures et sur Ave Maria TV. Les paroisses qui ont accueilli ce triduum sont, pour le premier jour, vendredi 9 avril, la paroisse Saint-Paul de Grand Yoff, dans le doyenné de Grand Dakar-Yoff, de 17 h 30 à 21 heures. Ce jour a été consacré à la repentance et à la purification. Le deuxième jour, samedi 10 avril, nous étions à la paroisse de l’Enfant-Jésus de Prague, à Tivaouane Peulh dans le doyenné des Niayes, de 9 heures à 17 h 30. En ce jour, nous nous sommes arrêtés sur tout ce qui fait que notre quotidien de Sénégalais est difficile et nous avons invoqué le nom de Jésus Sauveur sur notre pays. Le troisième et dernier jour, coïncidant avec le dimanche de la Miséricorde Divine, les prières ont été dites en la cathédrale Notre-Dame des Victoires, de 15 heures à 18 heures. Nous avons récité le chapelet de la Divine Miséricorde et invité notre nation à l’espérance en la Miséricorde de Dieu, mais également à revenir à nos propres valeurs de paix et de cohésion sociale afin de bâtir un avenir meilleur.

Charles Senghor (à Dakar)
Source
Charles Senghor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page