Saints Cyrille et Méthode

315

Saints Cyrille et Méthode

 

 

 

Jusqu’à ces derniers temps, saint Cyrille (son nom de baptême était Constantin) et saint Méthode n’étaient honorés qu’en certains lieux, surtout aux divers pays slaves, qu’ils avaient évangélisés, et à Rome. Le pape Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) étendit leur culte à toute l’Église.

 

Ces deux nobles frères, nés à Thessalonique, allèrent s’instruire à Constantinople. Après de profondes études, Méthode se fit moine ; Cyrille reçut de l’impératrice Théodora la mission de christianiser certains peuples voisins de la Grèce ; de là, il fut appelé avec son frère à l’évangélisation de la Moravie, où leur zèle produisit des merveilles de conversions.

 

Ils traduisirent la Bible en langue slave, langue qui leur doit sa formation régulière. Leur renommée les fit appeler à Rome par le pape Nicolas Ier ; ils y arrivèrent porteurs des reliques du pape saint Clément Ier, que Cyrille avait découvertes dans la Chersonèse.

 

Revenus à leur apostolat, ils furent accusés d’employer la langue slave dans les cérémonies liturgiques ; mais ils se défendirent victorieusement auprès du pape Adrien II. Cyrille étant mort à Rome, dans la force de l’âge, eut son tombeau auprès de celui de saint Clément ; son frère évangélisa la Pannonie, la Bulgarie, la Dalmatie, la Carinthie.

 

Accusé de nouveau à Rome, il se justifia si bien qu’il revint à son apostolat revêtu du caractère épiscopal. Après avoir prêché l’Évangile à la Bohême et à la Pologne, il alla mourir en Moravie, chargé de mérites et de gloire.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *