[Question du jour] : Dans les églises, que signifie le crucifix sur l’autel ?

15853

Chaque jour un prêtre répond à une question d’internaute sur la foi catholique.
Aujourd’hui, le père Roger Gomis, prêtre du diocèse de Dakar au Sénégal, se prête à l’exercice.

Rappelons d’abord qu’un crucifix est une croix sur laquelle est représenté Jésus. Le mot « crucifix » vient du latin « Crucifixus » qui signifie « le Crucifié », c’est-à-dire : Jésus fixé sur la croix.

Il faut savoir, ensuite, que pour les cérémonies liturgiques, comme la messe, les processions solennelles et autres, l’Église catholique utilise le crucifix, depuis la période du XIIe siècle.
Pour ce qui est du crucifix sur l’autel, voilà ce que dit la Présentation générale du Missel Romain (PGMR) : « De même, sur l’autel ou à proximité, il y aura une croix, bien visible pour l’assemblée, et portant l’effigie du Christ crucifié. Il convient que cette croix demeure près de l’autel même en dehors des célébrations liturgiques, pour rappeler aux fidèles la passion rédemptrice du Seigneur » (n° 308).

Ainsi, une croix sans le Christ crucifié (et clairement identifiable comme tel) ne peut pas être utilisée comme croix d’autel. Une simple croix nue, ou une croix ne portant aucune marque de sa Passion du Christ ne peut donc être utilisée.

 

Pourquoi un Crucifix sur l’autel ?

La croix d’autel, selon la Tradition, signifie que l’on va à l’Eucharistie du Ressuscité en passant par la croix de sa Passion. Le crucifix rappelle également que l’autel est la table du sacrifice de la croix, réalisé le Fils de Dieu. Il est généralement posé au milieu de l’autel, face au célébrant.
Le Cérémonial des évêques précise que « l’image du Crucifié doit être tournée vers la table de l’autel » (cf. C.E. liv. I, chap XII, n° 11).

Sur le sens de la disposition du crucifix face du célébrant, Mgr Nicolas Bux, évêque italien estime que « le regard du prêtre doit, fréquemment, chercher le visage de Jésus sur le crucifix de l’autel ». « Il est là pour être regardé, ajoute-t-il. C’est ainsi que les fidèles apprennent à contempler. La croix n’est pas une option décorative mais une icône qui fait intégralement partie de la dimension contemplative de la messe. La croix est l’échelle qui conduit au Paradis, sans laquelle on ne peut monter. Pourquoi alors la mettre de côté, ne pas la placer au centre, face à notre regard comme le font les saints ? »

Cette disposition souligne également que le prêtre célèbre vers Dieu.

Signalons, enfin, que l’ordinaire du lieu peut permettre que la croix soit placée non plus sur l’autel, mais en dehors, soit que son pied repose sur le dallage du sanctuaire, soit qu’on la suspende.

Source: https://africa.la-croix.com/




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *