Méditation du vendredi 23 février 2018

410

Une offrande digne

 

 

Matthieu 5, 20-26

Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il en répondra au tribunal. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu’un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu’un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

 

 

Réflexion

Dieu est notre Père à tous. Il ne veut pas d’un amour qui ne s’accompagne pas de l’amour pour ses enfants, nos frères. Un jour, un Pharisien a demandé à Jésus : « Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ?
Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes. » (Matthieu 22, 37-40)

 

 

On ne peut pas être un bon chrétien si on sépare notre amour pour Dieu de l’amour fraternel. Les gens reconnaîtront que nous sommes chrétiens par notre charité. 
« A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jean 13:35) Dieu aussi « reconnaîtra », c’est à dire acceptera, nos prières et nos offrandes si nous vivons la charité.

 

 

Cette vertu ne se limite pas à éviter de faire du tort à nos frères. Elle nécessite une sollicitude attentive et délicate pour faire le bien, pour éviter à nos frères la tristesse et les occasions de chute. Il faut aussi surmonter les conflits qui surgissent inévitablement dans l’existence quotidienne. A la fin de la vie, nous nous présenterons devant Dieu avec ce que nous aurons fait pour Dieu et pour nos frères. Chaque fois que nous nous approchons de l’autel pour nous présenter devant Dieu lors de la célébration eucharistique, n’arrivons pas les mains vides : mettons sur la patène nos bonnes œuvres faites par amour.

 

 

Prière

Dieu de la paix et du pardon, tu te réjouis de la réconciliation de tes enfants avec Toi et Tu aimes la bonne entente de tes enfants entre eux. Accorde-nous un cœur bienveillant afin d’être des artisans d’unité dans ton Eglise et parmi nos frères.

 

 

Résolution

Offrir immédiatement le pardon à quelqu’un qui nous le demande et demander pardon à ceux qui, même involontirement, nous avons offensé.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *