Méditation du samedi 10 mars 2018

325

Aimer en esprit et en vérité

Saint Luc 18, 9-14

 

 

 

Jésus dit une parabole pour certains hommes qui étaient convaincus d’être justes et qui méprisaient tous les autres : « Deux hommes montèrent au Temple pour prier. L’un était pharisien, et l’autre, publicain. Le pharisien se tenait là et priait en lui-même : ’Mon Dieu, je te rends grâce parce que je ne suis pas comme les autres hommes : voleurs, injustes, adultères, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine et je verse le dixième de tout ce que je gagne.’ Le publicain, lui, se tenait à distance et n’osait même pas lever les yeux vers le ciel ; mais il se frappait la poitrine, en disant : ’Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis !’ Quand ce dernier rentra chez lui, c’est lui, je vous le déclare, qui était devenu juste, et non pas l’autre. Qui s’élève sera abaissé ; qui s’abaisse sera élevé. »

Réflexion

Par l’intermédiaire des prophètes, Dieu a dit à son peuple qu’Il ne veut ni sacrifices, ni holocaustes. Depuis toujours et partout, l’homme cherche à exprimer sa recherche de Dieu par des comportements religieux tels que la prière et les sacrifices. Jésus dit à la Samaritaine que le vrai Dieu s’adore à Jérusalem « Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. » (Jean 4, 22-23). Jésus enseigne à ses disciples le vrai culte, le culte de l’esprit, parce que nous n’avons pas reçu un esprit de servitude, « mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. » (Rom8, 15-16)

 

 

Jésus nous enseigne que nous pouvons prier en vérité si nous nous reconnaissons pécheurs. « Il dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu’elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres : » (Luc 18,9), Jésus affirme : « Je ne suis pas venu appeler à la repentance des justes, mais des pécheurs » (Luc 5, 32) Il est allé plus loin en proclamant face aux Pharisiens que, le péché étant universel, ceux qui prétendent ne pas avoir besoin de salut s’aveuglent sur eux-mêmes. (Catéchisme 588)

 

 

L’Eglise n’a cesse de répéter la prière du publicain : « O Dieu, aies pitié de moi pécheur ! », « Kyrie eleison ! », « Seigneur, prends pitié ! », « Notre Père, pardonne-nous nos offenses ». Dieu écoute ceux qui L’adorent en esprit et en vérité. Ceux qui prient avec un cœur contrit sont justifiés car leurs péchés sont pardonnés. En revanche, ceux qui se croient justes ne peuvent pas recevoir le pardon de Dieu.

 

 

Prière

Dieu, Père miséricordieux, soutient notre esprit pendant ce temps de carême pour que, en nous reconnaissant pécheurs, nous t’offrons nos efforts de fidèlité aux inspirtaions de l’Esprit Saint et à la pratique de l’enseignement évangélique. Nous Te le demandons per Jésus Christ notre Seigneur. Amen.

 

 

Résolution

Penser à quel qu’un qui m’a offensé et prier pour lui, en lui pardonnant dans mon cœur.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *