Méditation du mercredi 07 mars 2018

357

La Loi de Jésus

Saint Matthieu 5, 17-19

 

 

« Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux. »

 

 

 

 

Réflexion

Après avoir entendu la voix de Dieu sur le Mont Sinaï, Moïse a donné au peuple d’Israël des commandements et des décrets. Cette loi devait être observée rigoureusement et enseignée de génération en génération. Elle est contenue dans les dix commandements, et elle est la sagesse et la force d’Israël. La parole de Dieu qui a résonné dans le Sinaï pour donner à Moïse une loi écrite est la même qui résonne quand Jésus proclame le sermon sur la montagne (« les Béatitudes » Mt 5,1-12).

 

 

Quand Jésus dit : « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la Loi ou les Prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. » (Mt. 5, 17), Il ne révoque pas la loi donnée à Moïse ; Il la porte à sa perfection et à sa plénitude. Jésus donne l’interprétation définitive à cette loi. Il la place sous la lumière du commandement nouveau, celui de la charité, ce « lien de la perfection » (Col. 3, 14) qui est en même temps le fondement de toutes les vertus. Jésus désapprouve clairement certaines traditions humaines : « Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes » (Mc 7,8). Il dit aux pharisiens qu’ils« annulent ainsi la parole de Dieu par votre tradition, que vous avez établie » (Mc 7,13). Face à la sagesse divine et au commandement de la charité, la manière de penser des « sages » est dérisoire.

 

 

Jésus, pourtant, n’annule pas la loi donnée par Moïse : il la transcende en la portant à sa plénitude. Jésus reproche aux pharisiens d’avoir surchargé le peuple de normes et de règles qui ne viennent pas de Dieu, d’avoir oublié la miséricorde et, pour finir, de ne pas accomplir ce qu’ils enseignent. En dictant des lois purement humaines, ils usurpent la chaire de Moïse et même quand ils enseignent ce qui vient de Dieu, Jésus nous dit de ne pas suivre leur exemple.

 

 

Prière

Dieu, Tu es la sagesse éternelle et Tu nous as révélé Ta volonté par les faits et les paroles de ton Fils Jésus Christ. Accorde-nous d’avoir faim de toute parole qui sort de sa bouche et la force d’accomplir toujours ce qui Lui plaît. Fais que, par l’accomplissement du commandement suprême de la charité, nous arrivions à accomplir fidèlement notre devoir de chrétiens. Nous te le demandons par Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

 

 

Résolution

Aujourd’hui, vivre un des aspects de mon devoir d’état avec un amour intense pour Dieu.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *