Méditation du mardi 13 février 2018

364

Incompréhension des disciples devant le signe des pains

 

 

Evangile selon St Marc, chapitre 8, 14-21

Or ils avaient oublié de prendre des pains, et ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque. Il leur fit cette recommandation :  » Voyez à vous défier du levain des Pharisiens et du levain d’Hérode.  » Et ils faisaient cette réflexion entre eux :  » C’est parce que nous n’avons pas de pains.  » Jésus le connut et leur dit :  » Pourquoi faites-vous la réflexion que c’est parce que vous n’avez pas de pains ? Ne saisissez-vous pas encore et ne comprenez-vous pas ? Votre cœur est-il aveuglé ? Avez-vous des yeux pour ne pas voir, des oreilles pour ne pas entendre ? Et ne vous souvenez-vous pas ? Quand j’ai rompu les cinq pains pour les cinq mille, combien avez-vous emporté de paniers pleins de morceaux ?  » Ils lui dirent :  » Douze.  » Et quand (j’ai rompu) les sept pains pour les quatre mille, combien de corbeilles pleines de morceaux avez-vous emportées ?  » Ils lui dirent :  » Sept.  » Il leur dit :  » Ne comprenez-vous pas encore ? »

 

 

Prière d’introduction
Seigneur Jésus, je viens à Toi pour te demander de m’aider à comprendre davantage ce que Tu veux de moi. Tu es bon Seigneur et je le sais, mais je l’oublie bien des fois. Viens donc à mon aide Seigneur.

 

 

Demande
Seigneur, aide-moi à me rendre compte que Toi seul détiens ce qui est vrai et sûr. Aide-moi aussi à Te choisir toi seul, par-dessus tout, laissant de côté tout le reste, afin de ne faire plus qu’un avec Toi.

 

 

Points de réflexion

1. « Voyez à vous défier du levain des Pharisiens et du levain d’Hérode ». Le Christ m’invite, par ces paroles, à vivre en m’accordant avec ma Foi, avec ce qu’Il me demande, même si d’autres choses peuvent me sembler bonnes. Nous vivons aujourd’hui dans une société où la loi positive se croit supérieure à la Loi Naturelle, et Divine. Les autorités créent des lois qui permettent aux gens de faire taire leur conscience en vue de mauvaises actions. Cela se fait sous couvert de bonnes intentions, on dissimule ce qui pourrait sembler suspect. Certainement en tant que chrétiens, nous ne pouvons pas accepter des choses approuvées par l’Etat, qui ne sont pas conformes avec la Loi Divine. La vérité est une et il ne peut en être autrement. Le Christ est le Chemin, la Vérité, et la Vie. Ce qui signifie qu’en Lui se trouve ce qui est bon pour moi. Il faut donc que je reste uni à Lui pour trouver ce bonheur qu’il me prépare. Je dois laisser de côté ce qui est contraire à ce que le Seigneur nous a enseigné, lors de sa venue ici-bas.

 

 

2. « C’est parce que nous n’avons pas de pains ». Le Seigneur veut seulement nous prévenir à ce sujet. Il ne veut pas nous enlever ce qui est bon pour nous. Il nous connaît, Il est notre Créateur. Il est Bon et il veut le meilleur pour nous. Chaque jour, quand je suis confronté a ce dilemme qui m’impose de choisir entre ce que Dieu veut et ce que l’Etat me propose par certaines lois contraires à l’Evangile, je me retrouve un peu dans la situation d’Adam et Eve. Le Seigneur leur avait interdit de manger de la pomme de l’arbre se trouvant au centre du jardin. Mais, tentés par le serpent, il leur sembla qu’ils pouvaient la manger étant donné qu’elle leur paraissait délicieuse. Je me trouve bien des fois dans cette situation. Comment est-ce que je me comporte ? Est-ce que je croque la pomme ? Est-ce je me réalise ma faute après l’avoir croquée ? Est-ce que cela me semble sans importance ? Je dois comprendre que les lois de Dieu ne sont pas un fardeau, mais, bien au contraire une aide pour celui qui les vit dans l’amour. Rien au monde sinon ma propre expérience ne pourra me convaincre de cette réalité.

 

 

3. « Ne comprenez-vous pas encore ? ». Si mon cœur n’est pas si ouvert que cela à l’amour de Dieu, le Seigneur m’invite à regarder combien de fois il m’a soutenu, aidé dans ma vie. Les apôtres l’avaient vu faire de grands miracles et cependant ils manquaient encore de Foi. Moi, je ne réalise pas tous les miracles que le Seigneur a accomplis dans ma vie, si je n’y prête pas attention. Je dois donc simplement parcourir mon passé et réaliser toutes les fois où les choses se sont présentées, organisées, au bon moment, pour mon bien. Le Seigneur, en cela s’est manifesté à moi, a clairement exprimé sa volonté. En cela je dois le louer, me rendre compte davantage de sa Puissance et Grandeur.

 

 

Dialogue avec le Christ
« Mon Père, je m’abandonne à vous, faites de moi ce qu’il vous plaira. Quoi que vous fassiez de moi, je vous remercie. Je suis prêt à tout, j’accepte tout. Pourvu que votre volonté se fasse en moi, en toutes vos créatures, je ne désire rien d’autre, mon Dieu. Je remets mon âme entre vos mains. Je vous la donne, mon Dieu, avec tout l’amour de mon cœur, parce que je vous aime, et que ce m’est un besoin d’amour de me donner, de me remettre entre vos mains sans mesure, avec une infinie confiance, car vous êtes mon Père. » (Bienheureux Charles de Foucauld)

 

 

Résolution
Réciter à nouveau cette prière de Charles de Foucault pendant la journée.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *