Méditation du lundi 05 mars 2018

374

Quelle est ma foi ?

Saint Luc 4, 24-30

 

 

Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays. En toute vérité, je vous le déclare : Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie n’a été envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon.

 

Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. » A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas. Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

 

 

 

Réflexion

Les paroles de Jésus dans la synagogue sont une provocation. Il l’a voulu ainsi. Jésus dit à ses concitoyens une vérité désagréable à entendre, certes, mais une vérité tout de même. Ceux qui étaient présents voulaient qu’il accomplisse les même prodiges qu’en Judée. Mais il leur manqua la foi. Jésus, qui connaît les cœurs, leur a rappelé que dans l’Ancien Testament les prophètes les plus puissants, Elie et Elisée, accomplissaient des miracles pour des étrangers parce qu’ils avaient de meilleures dispositions spirituelles que les membres du peuple élu : ils avaient foi en Dieu et confiance en ses envoyés. Dans un autre passage, Jésus dit à un centurion païen : « je vous assure qu’en Israël je n’ai jamais rencontré une foi si grande » (Mt. 8,10)

 

 

Cet évangile est encore d’actualité aujourd’hui. Par le baptême, nous appartenons au nouvel Israël. Nous avons reçu les promesses de la nouvelle Alliance, la révélation de JésusChrist, les sacrements, le don de l’Eglise…Mais il ne suffit pas d’appartenir au nouveau peuple de Dieu pour jouir de la présence, du pouvoir, et de l’amour de Dieu. Il nous faut accueillir ces dons avec foi. Nous devons mettre notre confiance dans la grâce de Dieu, croire en sa parole, accomplir ses commandements. Jésus Christ attend de nous des dispositions de foi qui lui permettront d’accomplir des merveilles.

 

 

L’ interrogation du Maître « Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18,8) s’addresse bien à chacun de nous.

 

Prière

Dieu, Père tout-puissant, tu regardes avec bonté la foi et la confiance de tes enfants et tu surpasses en amour les attentes des fidèles. Accorde-nous d’accueillir avec un esprit ouvert et un cœur généreux les paroles de ton Fils et que, pendant ce temps de carême, nous reprenions avec courage le chemin de l’Evangile. Nous Te le demandons par Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.

 

 

Résolution

Essayer de découvrir et d’apprécier les bonnes œuvres des non-chrétiens et demander à Dieu que, par des chemins que Lui seul connaît, il les attire jusqu’à lui et qu’il suscite en eux l’ouverture à la vérité.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *