Méditation du mercredi 21/11/2018

232

PREMIÈRE LECTURE

« Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur Dieu, le Souverain de l’univers, Celui qui était, qui est et qui vient » (Ap 4, 1-11)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, après cela, j’ai vu : et voici qu’il y avait une porte ouverte dans le ciel. Et la voix que j’avais entendue, pareille au son d’une trompette, me parlait en disant :
« Monte jusqu’ici, et je te ferai voir ce qui doit ensuite advenir. »

Aussitôt je fus saisi en esprit. Voici qu’un trône était là dans le ciel, et sur le Trône siégeait quelqu’un. Celui qui siège a l’aspect d’une pierre de jaspe ou de cornaline ; il y a, tout autour du Trône, un halo de lumière, avec des reflets d’émeraude. Tout autour de ce Trône, vingt-quatre trônes, où siègent vingt-quatre Anciens portant des vêtements blancs et, sur leurs têtes, des couronnes d’or. Et du Trône sortent des éclairs, des fracas, des coups de tonnerre, et sept torches enflammées brûlent devant le Trône : ce sont les sept esprits de Dieu. Devant le Trône, il y a comme une mer, aussi transparente que du cristal. Au milieu, autour du Trône, quatre Vivants, ayant des yeux innombrables en avant et en arrière. Le premier Vivant ressemble à un lion, le deuxième Vivant ressemble à un jeune taureau, le troisième Vivant a comme un visage d’homme, le quatrième Vivant ressemble à un aigle en plein vol. Les quatre Vivants ont chacun six ailes, avec des yeux innombrables tout autour et au-dedans. Jour et nuit, ils ne cessent de dire : « Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur Dieu, le Souverain de l’univers, Celui qui était, qui est et qui vient. »

Lorsque les Vivants rendent gloire, honneur et action de grâce à celui qui siège sur le Trône, lui qui vit pour les siècles des siècles, les vingt-quatre Anciens se jettent devant celui qui siège sur le Trône, ils se prosternent face à celui qui vit pour les siècles des siècles ; ils lancent leur couronne devant le Trône en disant :
« Tu es digne, Seigneur notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance. C’est toi qui créas l’univers ; tu as voulu qu’il soit : il fut créé. »

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME (Ps 150, 1-2, 3-4, 5-6)

R/ Saint, Saint, Saint, le Seigneur Dieu, le Souverain de l’univers ! (Ap 4, 8)

Louez Dieu dans son temple saint, louez-le au ciel de sa puissance ; louez-le pour ses actions éclatantes, louez-le selon sa grandeur !

Louez-le en sonnant du cor, louez-le sur la harpe et la cithare ; louez-le par les cordes et les flûtes, louez-le par la danse et le tambour !

Louez-le par les cymbales sonores, louez-le par les cymbales triomphantes ! Et que tout être vivant chante louange au Seigneur !

ÉVANGILE

« Pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ? » (Lc 19, 11-28)

Alléluia. Alléluia. 
C’est moi qui vous ai choisis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure, dit le Seigneur.
Alléluia. (cf. Jn 15, 16)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, comme on l’écoutait, Jésus ajouta une parabole : il était près de Jérusalem et ses auditeurs pensaient que le royaume de Dieu allait se manifester à l’instant même. Voici donc ce qu’il dit : « Un homme de la noblesse partit dans un pays lointain pour se faire donner la royauté et revenir ensuite. Il appela dix de ses serviteurs,
et remit à chacun une somme de la valeur d’une mine ; puis il leur dit : “Pendant mon voyage, faites de bonnes affaires.” Mais ses concitoyens le détestaient, et ils envoyèrent derrière lui une délégation chargée de dire : “Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous.”

Quand il fut de retour après avoir reçu la royauté, il fit convoquer les serviteurs auxquels il avait remis l’argent, afin de savoir ce que leurs affaires avaient rapporté.           Le premier se présenta et dit :“Seigneur, la somme que tu m’avais remise a été multipliée par dix.” Le roi lui déclara : “Très bien, bon serviteur ! Puisque tu as été fidèle en si peu de chose, reçois l’autorité sur dix villes.”

Le second vint dire : “La somme que tu m’avais remise, Seigneur, a été multipliée par cinq.” À celui-là encore, le roi dit : “Toi, de même, sois à la tête de cinq villes.”
Le dernier vint dire : Seigneur, voici la somme que tu m’avais remise ; je l’ai gardée enveloppée dans un linge. En effet, j’avais peur de toi, car tu es un homme exigeant,
tu retires ce que tu n’as pas mis en dépôt, tu moissonnes ce que tu n’as pas semé.” Le roi lui déclara : “Je vais te juger sur tes paroles, serviteur mauvais : tu savais que je suis un homme exigeant, que je retire ce que je n’ai pas mis en dépôt, que je moissonne ce que je n’ai pas semé ; alors pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque ?

À mon arrivée, je l’aurais repris avec les intérêts.” Et le roi dit à ceux qui étaient là : “Retirez-lui cette somme et donnez-la à celui qui a dix fois plus.” On lui dit :
“Seigneur, il a dix fois plus !  Je vous le déclare : on donnera à celui qui a ; mais celui qui n’a rien se verra enlever même ce qu’il a. Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les devant moi.” »

Après avoir ainsi parlé, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem.

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

Points de réflexion

1. Des pièces de monnaie dans chaque main. Le Père Marcial Maciel, LC explique dans sa lettre « Temps et Eternité » comment chacun de nous a reçu des pièces de monnaie, c’est à dire des talents, des dons et des qualités de la part du Créateur :  » Le Christ emploie cette image pour expliquer que la tâche principale de la vie est « d’investir » cet argent, de le faire fructifier, et d’en donner les produits au Créateur le jour de notre entrée dans l’éternité.. » Quel beau jour ce sera ! Chacun de nous, comme chacune des personnes de la parabole, a une ’pièce d’or ’ qui nous a été confiée par Dieu. Nous en sommes pourvus quand nous venons au monde. Avons-nous pris le temps d’y réfléchir ? Avons-nous jamais pensé au Christ, nous regardant affectueusement dans les yeux pendant qu’il referme notre main sur la pièce d’or qu’il vient d’y placer ? Notre vie, nos qualités, notre imagination, tout ce que nous avons vient de Dieu. Notre première réponse devrait être de la gratitude.

2. Un temps pour chaque vie. Méditons avec le Père Maciel :  » la méditation de cette parabole me suggère toujours que l’un des principaux « talents » que Dieu nous confie est précisément le temps. Et mon attention est très fortement attirée par le fait que très peu se rendent compte qu’il en est ainsi. On donne beaucoup d’importance au développement de l’intelligence personnelle, ou aux talents artistiques ou sportifs, à savoir mettre les biens que l’on possède au service des autres, etc., etc. Cependant, on ne considère pas qu’il soit de la même importance, ou même plus important encore, de savoir employer le temps dont nous disposons, avec usure. Mais je suis convaincu que le jour où nous nous présenterons devant le Seigneur, un des premiers points de notre bilan sera celui-ci : qu’avons-nous fait du temps que nous avons eu entre les mains ; quel profit en avons-nous retiré ; quels sont les gains, les intérêts que nous avons obtenus pour Dieu en investissant notre temps. Ce jour-là nous ne serons pas coupables d’avoir peut-être perdu une occasion de gagner un million de dollars, mais, d’avoir perdu une minute, si.  »

3. L’éternité pour chaque jour. Ce que nous faisons lors de notre méditation, est de rencontrer notre « Roi » qui nous a confié la pièce d’or de nos talents et le temps pour que nous nous en servions. Lui seul sait la quantité donnée à chacun. Chaque jour, dans notre rencontre avec lui dans la prière, nous sommes confrontés à l’éternité. Et ne doutons pas qu’un jour le Christ Roi appellera ses serviteurs pour voir ce qu’ils ont gagné. Chaque jour il nous offre l’occasion de comprendre nos vies dans cette lumière, pour les rendre fructueuses et significatives.

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus, tu as porté de nouveau mon attention à la brièveté de ma vie. Combien de fois faudra-t-il, combien d’explications, combien de moments remplis de grâce, avant que j’agisse vraiment selon cette vérité ? Pour quoi suis-je si lent ? Merci du don de la vie. Merci du don de la foi. Merci de tous les dons et des talents que tu m’as donnés. Merci de me donner l’occasion de te glorifier en les investissant pour ton royaume et pour les âmes. Merci aussi pour mes limites parce qu’à cause d’elles je peux te louer en luttant et en faisant confiance à ta grâce. Donne-moi un cœur ardent, un cœur libre de tout désir indigne et un cœur qui fait sien les désirs de ton divin cœur.

 

Résolution Prendre le temps de réfléchir et de découvrir une manière de contribuer à un travail d’apostolat par la prière, ma créativité, mon travail etc.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *