Méditation du mercredi 12/12/2018

115

PREMIÈRE LECTURE

Le Seigneur de l’univers « rend des forces à l’homme fatigué » (Is 40, 25-31)

Lecture du livre du prophète Isaïe

À qui pourriez-vous me comparer, qui pourrait être mon égal ?  dit le Dieu saint. Levez les yeux et regardez : qui a créé tout cela ? Celui qui déploie toute l’armée des étoiles, et les appelle chacune par son nom. Si grande est sa force, et telle est sa puissance que pas une seule ne manque. Jacob, pourquoi dis-tu, Israël, pourquoi affirmes-tu : « Mon chemin est caché au Seigneur, mon droit échappe à mon Dieu » ? Tu ne le sais donc pas, tu ne l’as pas entendu ? Le Seigneur est le Dieu éternel, il crée jusqu’aux extrémités de la terre, il ne se fatigue pas, ne se lasse pas. Son intelligence est insondable. Il rend des forces à l’homme fatigué, il augmente la vigueur de celui qui est faible. Les garçons se fatiguent, se lassent, et les jeunes gens ne cessent de trébucher, mais ceux qui mettent leur espérance dans le Seigneur trouvent des forces nouvelles ; ils déploient comme des ailes d’aigles, ils courent sans se lasser, ils marchent sans se fatiguer.

– Parole du Seigneur.

PSAUME (102 (103), 1-2, 3-4, 8.10)

R/ Bénis le Seigneur, ô mon âme !  (Ps 102, 1a)

Bénis le Seigneur, ô mon âme, bénis son nom très saint, tout mon être ! Bénis le Seigneur, ô mon âme, n’oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie ; il réclame ta vie à la tombe et te couronne d’amour et de tendresse ;

Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour ; il n’agit pas envers nous selon nos fautes, ne nous rend pas selon nos offenses.

ÉVANGILE

« Venez à moi, vous tous qui peinez » (Mt 11, 28-30)

Alléluia, Alléluia. Il viendra, le Seigneur, pour sauver son peuple. Heureux ceux qui seront prêts à partir à sa rencontre ! Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

Réflexion

1. Le fils, comme fils, nous ouvre au mystère de Dieu comme père. Le Christ nous indique sa relation intime avec son père céleste. L’incarnation est le grand acte d’humilité. Le Christ est venu chez nous comme un enfant qui a besoin de l’amour et de la protection d’une mère. Toute sa vie il a maintenu une relation d’enfant avec son père céleste et il loue les vertus enfantines de la simplicité, de l’innocence et de l’humilité.

2. Le Christ invite toutes les personnes à venir à lui. Le Christ n’a pas dit, « cette personne-là » ou « celle-ci » ou bien encore « vous, venez à moi, » mais « tous. » Son invitation est une invitation ouverte à chaque personne. Jésus « connaît » le coeur de l’homme et il voit le joug lourd du péché qui pèse sur nous tous. Tous ceux qui sont assez humbles pour reconnaître la tyrannie cruelle du péché dans leur vie sont invités à recevoir le repos pour leurs âmes fatiguées. Seulement la personne fière, peu disposée à admettre le lourd fardeau qu’il porte, manquera l’invitation du Christ.

3. « Je vous donnerai le repos. » Combien de fois nous cherchons le repos et la relaxation dans les choses temporelles de ce monde. Nous oublions que nos coeurs ne pourront se reposer qu’en Dieu. L’éternité a rejoint notre espace de temps pour que nous puissions trouver le repos infini dans Celui que nos coeurs cherchent. Le joug du Christ est facile parce qu’il nous libère des fausses promesses de ce monde, la voix séductrice de la fierté et l’indépendance. Il nous introduit dans la famille de son Père céleste comme des frères et des soeurs de Jésus- Christ.

« Telle que le Christ t’a désiré, c’est ainsi que le Christ t’a choisi. Embrasse-donc celui que tu as cherché ; approche-toi de lui et tu recevras sa lumière ; retiens-le, demande-lui de ne pas s’en aller si vite , supplie-le de ne pas s’éloigner. En effet, la parole de Dieu court rapidement : elle ne se laisse pas saisir par la nonchalance, ni retenir par la paresse. Que ton âme, à son appel, aille à sa rencontre ; et qu’elle persévère sur le chemin tracé par la parole céleste. » saint Ambroise de Milan

 

Dialogue avec le Christ

Seigneur, permets-moi d’entendre à chaque messe Ton invitation : « viens à moi, toi qui te sens las et qui trouves la vie difficile, et je vous soulagerai. » Apprends-moi à « aller » à Ta rencontre dans la procession de communion pour recevoir ton corps et ton sang, ma nourriture, ma boisson spirituelle et mon rafraîchissement divin. Je viens à Toi parce que Tu es doux et humble de cœur ; fais que mon coeur ressemble plus au Tien. Amen.

 

Résolution

Jésus me fait signe ! Je tâcherai d’y répondre aujourd’hui de tout mon coeur. Si je ne peux pas Lui rendre visite en assistant à la messe et en Le recevant dans la sainte eucharistie, je tâcherai d’aller à sa rencontre par des communions spirituelles que je ferai tout au long de la journée.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *