Méditation du mercredi 07/11/2018

385

La vraie sagesse

Saint Luc 14, 25-33

De grandes foules faisaient route avec Jésus ; il se retourna et leur dit : « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et soeurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher derrière moi ne peut pas être mon disciple. Quel est celui d’entre vous qui veut bâtir une tour, et qui ne commence pas par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ? Car, s’il pose les fondations et ne peut pas achever, tous ceux qui le verront se moqueront de lui : ’Voilà un homme qui commence à bâtir et qui ne peut pas achever !’ Et quel est le roi qui part en guerre contre un autre roi, et qui ne commence pas par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui vient l’attaquer avec vingt mille ? S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander la paix. De même, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple. »

 

Prière d’introduction Seigneur Jésus, tu es le centre de ma vie, tu es mon seul amour, tu es mon tout. Je désire te suivre fidèlement chaque jour de ma vie. Aide-moi à comprendre que tu m’invites à « tout laisser » pour te suivre et apprends-moi à répondre à ton appel au quotidien.

Pétition Donne-moi, Seigneur, un cœur généreux.

 

Réflexion

1. Jésus-Christ désire ardemment une véritable maturité spirituelle pour chacun d’entre nous. Afin d’être mûr sur le plan spirituel, afin de vivre en chrétien authentique, il y a une leçon que nous devons mettre en pratique aujourd’hui et tous les jours. Cette leçon s’appelle « la loi du don. » Cette vérité, à la quelle les écrits du Pape Jean Paul II font si souvent écho, est au coeur de sa pensée parce qu’elle est au coeur du christianisme. Le Créateur lui-même l’a inscrite dans notre nature humaine : « Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. « (Jn 12:25). Ceci a été formulé en des termes plus modernes dans Gaudium et Spes :  » L’homme ne peut pleinement se trouver que par le don désintéressé de lui-même. » (GS, 24).

2. La croix que Dieu nous permet de porter est, en réalité, un instrument par lequel nous pouvons vivre la loi du don. Deux mille ans de christianisme, et le témoignage d’innombrables hommes et de femmes saints, particulièrement des martyres, sont un témoignent avec éloquence d’une vérité simple : la croix est le chemin vers une réalisation chrétienne et humaine authentique. La croix, telle qu’elle a été conçue par Jésus-Christ lui-même, est inséparable de toute vie véritablement chrétienne parce que par elle nous collaborons avec le Christ dans son œuvre de salut. Saint Paul dit : « nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés ; nous sommes désorientés, mais non pas désemparés ; nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés ; terrassés, mais non pas anéantis. Partout et toujours, nous subissons dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps. « (2 Co 4, 8-11).

3. Nous pourrons saisir cette vérité profonde seulement après avoir dépasser notre conception de la croixcomme instrument de torture. Nous, comme les premiers chrétiens et les juifs, sommes scandalisés par la croix, et scandalisés par la souffrance. C’est pourquoi nous devons regarder Jésus sur la croix – le Christ, l’homme parfait, le Christ, le premier homme du Royaume – et y voir l’amour. La croix dans notre vie est chaque fois une occasion de sublimer la souffrance, de donner au chaos de la souffrance une forme, une signification, et un but. C’est l’occasion pour nous de nous donner au Christ, de vivre la loi du don, et de véritablement accomplir ce pourquoi nous avons été créés.

 

Dialogue avec le Christ Jésus, aide-moi à comprendre plus avec mon coeur qu’avec mon intellect. Aide-moi à percevoir en chaque douleur l’occasion d’aimer, de me donner à ma famille, à mon voisin, à toi et à ton Eglise. Ne me laisse pas vivre en ennemi de la croix, mais aide-moi plutôt à découvrir chaque jour l’immense valeur de la souffrance acceptée librement par amour pour toi. Amen.

 

Résolution  Aujourd’hui, j’essayerai, pour obtenir le salut des âmes, d’embrasser généreusement et, si possible, avec une joie spirituelle intérieure, les peines que Dieu permet dans ma vie.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *