Méditation du lundi 12/11/2018

267

PREMIÈRE LECTURE

« établis des Anciens comme je te l’ai commandé moi-même » (Tt 1, 1-9)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre à Tite

Paul, serviteur de Dieu, apôtre de Jésus Christ au service de la foi de ceux que Dieu a choisis et de la pleine connaissance de la vérité qui est en accord avec la piété.
Nous avons l’espérance de la vie éternelle, promise depuis toujours par Dieu qui ne ment pas. Aux temps fixés, il a manifesté sa parole dans la proclamation de l’Évangile
qui m’a été confiée par ordre de Dieu notre Sauveur. Je m’adresse à toi, Tite, mon véritable enfant selon la foi qui nous est commune : à toi, la grâce et la paix
de la part de Dieu le Père et du Christ Jésus notre Sauveur.

Si je t’ai laissé en Crète, c’est pour que tu finisses de tout organiser et que, dans chaque ville, tu établisses des Anciens comme je te l’ai commandé moi-même. L’Ancien doit être quelqu’un qui soit sans reproche, époux d’une seule femme, ayant des enfants qui soient croyants et ne soient pas accusés d’inconduite ou indisciplinés. Il faut en effet que le responsable de communauté soit sans reproche, puisqu’il est l’intendant de Dieu ; il ne doit être ni arrogant, ni coléreux, ni buveur, ni brutal, ni avide de profits malhonnêtes ; mais il doit être accueillant, ami du bien, raisonnable, juste, saint, maître de lui. Il doit être attaché à la parole digne de foi, celle qui est conforme à la doctrine, pour être capable d’exhorter en donnant un enseignement solide, et aussi de réfuter les opposants.

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME (Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6)

R/ Voici le peuple de ceux qui cherchent ta face, Seigneur. (cf. Ps 23, 6)

Au Seigneur, le monde et sa richesse, la terre et tous ses habitants ! C’est lui qui l’a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ? L’homme au cœur pur, aux mains innocentes, qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, et de Dieu son Sauveur, la justice. Voici le peuple de ceux qui le cherchent ! Voici Jacob qui recherche ta face !

 

ÉVANGILE

« Si sept fois par jour ton frère revient à toi en disant : “Je me repens”, tu lui pardonneras » (Lc 17, 1-6)

Alléluia. Alléluia. 
Vous brillez comme des astres dans l’univers en tenant ferme la parole de vie.
Alléluia. (Ph 2, 15d.16a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute ; mais malheureux celui par qui cela arrive ! Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite à la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà.

Prenez garde à vous-mêmes ! Si ton frère a commis un péché, fais-lui de vifs reproches, et, s’il se repent, pardonne-lui. Même si sept fois par jour il commet un péché contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : “Je me repens”, tu lui pardonneras. »

Les Apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi ! » Le Seigneur répondit : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

Points de réflexion

1. Le mal dans le péché . Ce matin, le passage de l’évangile nous présente une série d’affirmations de Jésus. La première précise la gravité du péché. En soi, le péché est un mal. C’est une offense contre Dieu. Le crucifixion nous révèle le péché dans toute sa laideur et sa méchanceté. Le plus grand mal que nous pourrions jamais causer à quelqu’un serait de le mener au péché. Cela peut se faire en le sollicitant activement à faire le mal, mais également en donnant le mauvais exemple.

2. Seigneur, augmente en nous la foi. Jésus évoque ensuite le pardon. ‘Si ton frère a commis une faute contre toi, et, s’il se repent, pardonne-lui. Même si sept fois par jour il commet une faute contre toi, tu lui pardonneras’. La réaction des disciples pourrait être la nôtre : « Seigneur, augmente notre foi ! » Une telle capacité à pardonner est héroïque. Nous pouvons accepter de pardonner quelqu’un une fois. Nous voudrions bien lui donner une deuxième chance. Cependant, la troisième ou quatrième fois, nous avons vraiment du mal. Nous devrions nous rappeler que le pardon prêché par Jésus-Christ est celui-là même qu’il a vécu. Sur la croix il nous a pardonné tous nos péchés. Son pardon n’était pas donné de manière hésitante, à contrecoeur, mais rempli d’amour. La mesure de sa miséricorde était la mesure de son amour. La profondeur de son amour devrait être la mesure de notre compassion envers les autres.

3. Dieu donne la force.  » La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde… » Il ne suffit pas d’une réglette pour mesurer la foi. La foi se mesure par la simplicité de coeur. Comme un petit enfant, confions-nous à Dieu. Nous avons besoin d’une foi simple qui accepte que Dieu est tout-puissant. Il nous donne toujours la grâce et la force d’accomplir ce qu’il nous demande. Les disciples hésitent face à l’enseignement du Seigneur sur le pardon. Cela leur semble trop difficile. Dieu nous donne la force pour faire ce qu’il demande. Souvent nous confondons des choses. Nous tombons dans le piège de nos propres rationalisations et nous essayons d’enfermer Dieu dans nos propres limitations. Nous avons besoin de la foi de Marie qui a reconnu que rien n’était impossible à Dieu. S’il veut vraiment quelque chose de nous, il nous donnera ce qui nous est nécessaire pour l’accomplir.

 

Dialogue avec le Christ Seigneur Jésus , je me tiens devant toi. Je te vois sur la croix. J’entends ta voix. Je vois ton amour. Aide-moi à être comme toi. Permets-moi d’apprendre de toi. Donne-moi la grâce de ne pas garder de rancune et la force de ne faire aucun mal.

 

Résolution Je prierai pour ceux qui m’ont offensé.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *