Méditation du jeudi 20/12/2018

231

PREMIÈRE LECTURE

« Voici que la vierge est enceinte » (Is 7, 10-16)

 

Lecture du livre du prophète Isaïe

En ces jours-là, le Seigneur parla ainsi au roi Acaz : « Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu, au fond du séjour des morts ou sur les sommets, là haut. » Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. » Isaïe dit alors : « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes : il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu ! C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel (c’est-à-dire : Dieu-avec-nous). »

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME (Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6)

R/ Qu’il vienne, le Seigneur : c’est lui, le roi de gloire ! (cf. Ps 23, 7c.10c)

Au Seigneur, le monde et sa richesse,  la terre et tous ses habitants ! C’est lui qui l’a fondée sur les mers et la garde inébranlable sur les flots. Qui peut gravir la montagne du Seigneur et se tenir dans le lieu saint ? L’homme au cœur pur, aux mains innocentes, qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction, et de Dieu son Sauveur, la justice. Voici le peuple de ceux qui le cherchent ! Voici Jacob qui recherche ta face !

ÉVANGILE

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)

Alléluia, Alléluia.
Viens, Clé de David ! Toi qui ouvres les portes du Royaume, arrache à leur prison es captifs des ténèbres.
Alléluia.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Au sixième mois d’Élisabeth, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

Réflexion

1) A un moment précis de l’histoire, dans un endroit perdu de Palestine, Dieu s’est incarné dans le sein de la Vierge Marie. « La plénitude des temps était arrivée », c’est à dire que les promesses et les préparatifs conduisant au salut étaient accomplis. Le Messie tant attendu par Israël est enfin né. Il est le fils promis à David, il règne sur la maison de Jacob et son règne n’aura pas de fin. Il est l’Emmanuel, Dieu-avec-nous, fils du Très-Haut. Son nom est Jésus, ce qui en hébreu veut dire « Dieu sauve ». Ce nom exprime à la fois l’identité et la mission du Messie. Jésus est le Fils du Père qui, fait homme, « sauvera son peuple de ses péchés » (Mt 1,21). Jésus est vrai Dieu et vrai homme. Ceci est un mystère insondable de miséricorde et de condescendance divine.

2) L’Eglise toute entière L’adore à la Sainte Messe en proclamant dans le Credo « par l’Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s’est fait homme ». Ce prodige de la miséricorde divine s’est réalisé avec la libre collaboration de Marie. Dieu a voulu que le consentement de celle qu’il a choisie pour être la mère de son Fils précède l’incarnation. Ainsi, « le nœud de la désobéissance d’Eve a été dénoué par l’obéissance de Marie ; ce que la vierge Eve lia par son incrédulité, la foi de la Vierge Marie le délia » ; et… »la mort nous est venue par le moyen d’Eve, la vie par celui de Marie » (cf. Lumen Genitum 56).

3) Marie, avec son « Fiat » exprime sa foi dans les paroles de l’ange et sa disponibilité à collaborer librement au plan qui lui a été révélé. Avec son « Fiat », Marie devient le premier disciple de Jésus. Par l’incarnation, elle partage les sentiments de son Fils : « C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit : Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formé un corps ; Tu n’as agréé ni holocaustes ni sacrifices pour le péché. Alors j’ai dit : Voici, je viens pour faire, ô Dieu, ta volonté. » (Heb. 10, 5-7)

 

Prière

Père, accorde-nous d’être par notre obéissance à ta sainte volonté, de véritables disciples de ton Fils et de dignes enfants de Marie. Nous te le demandons par Jésus Christ notre Seigneur. Amen.

 

Résolution

Nous savons que, en s’incarnant, Jésus s’est uni à tous les hommes et qu’il considère ce qui est fait à nos frères comme étant fait à lui-même. Aujourd’hui, trouver une occasion pour exprimer mon amour pour Jésus en faisant un geste de charité envers un de mes frères.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *