Méditation du jeudi 13/12/2018

516

PREMIÈRE LECTURE

« Ton rédempteur, c’est le Dieu Saint d’Israël » (Is 41, 13-20)

 

Lecture du livre du prophète Isaïe

C’est moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis : « Ne crains pas, moi, je viens à ton aide. » Ne crains pas, Jacob, pauvre vermisseau, Israël, pauvre mortel. Je viens à ton aide – oracle du Seigneur ; ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël. J’ai fait de toi un traîneau à battre le grain, tout neuf, à double rang de pointes :
tu vas briser les montagnes, les broyer ; tu réduiras les collines en menue paille ; tu les vanneras, un souffle les emportera, un tourbillon les dispersera. Mais toi, tu mettras ta joie dans le Seigneur ; dans le Saint d’Israël, tu trouveras ta louange. Les pauvres et les malheureux cherchent de l’eau, et il n’y en a pas ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai, moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas. Sur les hauteurs dénudées je ferai jaillir des fleuves, et des sources au creux des vallées. Je changerai le désert en lac, et la terre aride en fontaines. Je planterai dans le désert le cèdre et l’acacia, le myrte et l’olivier ; je mettrai ensemble dans les terres incultes le cyprès, l’orme et le mélèze, afin que tous regardent et reconnaissent, afin qu’ils considèrent et comprennent que la main du Seigneur a fait cela, que le Saint d’Israël en est le créateur.

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME (144 (145), 1.9, 10-11, 12-13ab)

R/ Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour. (Ps 144, 8)

Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi, je bénirai ton nom toujours et à jamais ! La bonté du Seigneur est pour tous, sa tendresse, pour toutes ses œuvres,

Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce et que tes fidèles te bénissent ! Ils diront la gloire de ton règne, ils parleront de tes exploits,

Ils annonceront aux hommes tes exploits, la gloire et l’éclat de ton règne : ton règne, un règne éternel, ton empire, pour les âges des âges.

 

ÉVANGILE

« Personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste » (Mt 11, 11-15)

Alléluia, Alléluia. Ciel, répands ta rosée ! Nuées, faites pleuvoir le juste ! Terre, ouvre-toi, que germe le Sauveur ! Alléluia. (cf. Is 45, 8)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus déclarait aux foules : « Amen, je vous le dis : Parmi ceux qui sont nés d’une femme, personne ne s’est levé de plus grand que Jean le Baptiste ;
et cependant le plus petit dans le royaume des Cieux est plus grand que lui.

Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu’à présent, le royaume des Cieux subit la violence, et des violents cherchent à s’en emparer. Tous les Prophètes, ainsi que la Loi,
ont prophétisé jusqu’à Jean. Et, si vous voulez bien comprendre, c’est lui, le prophète Élie qui doit venir. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

Réflexion

1. Jésus nous dit que depuis avant Jésus-Christ et jusqu’à son retour, le Royaume des cieux sera proie à la violence et ses disciples seront persécutés. Il n’y a donc rien de bien nouveau sous le soleil ! Nous vérifions cet axiome dans tous les aspects de notre vie. Personne n’a gagné une médaille olympique sans effort. Personne n’a jamais obtenu un diplôme sans beaucoup d’heures d’étude. Toute découverte requiert des années de recherche. Réussir en affaires, bien élever ses enfants… Le dicton populaire ne se trompe pas quand il dit que rien de bon ne s’obtient facilement.

2. Le Royaume des cieux aussi se gagne par des efforts. C’est-à-dire qu’il n’est pas obtenu par une loterie ou un heureux hasard. Il ne s’acquiert pas grâce à des formules magiques. Il faut le chercher, et lutter pour l’obtenir. Parfois, pour atteindre des objectifs humains (très bons, certainement) nous sommes prêts à tout : à perdre notre temps, notre énergie, même à gaspiller notre argent. Nous sommes prêts à nous sacrifier quand cela s’avère nécessaire. Et quand il s’agit de notre but le plus important, l’objectif de toute notre existence, pourquoi penserions-nous l’atteindre sans effort ?

3. Cela ne signifie pas pourtant que tout dépend de nous. La grâce de Dieu est indispensable ; mais nous devons la demander et être disposé à la recevoir. L’effort n’est valable que s’il y a de la constance. Il faut courir jusqu’au finish. Nous arrivons à la moitié du temps de l’Avent. Ne restons pas à mi – chemin sur la route qui nous mène vers Jésus !

 

Dialogue avec le Christ

Réveille-nous, Seigneur, décide-nous à préparer les chemins de ton Fils, afin que, par le mystère de sa venue, nous puissions te servir d’un cœur purifié. Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur.

 

Résolution

Choisir un moyen concret pour sortir de mon petit confort et annoncer la venue de Jésus à quelqu’un.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *