Méditation du Dimanche 30/12/2018

137

PREMIÈRE LECTURE

« Samuel demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie » (1 S 1, 20-22.24-28)

 

Lecture du premier livre de Samuel

Elcana s’unit à Anne sa femme, et le Seigneur se souvint d’elle.
Anne conçut et, le temps venu, elle enfanta un fils ; elle lui donna le nom de Samuel (c’est-à-dire : Dieu exauce) car, disait-elle, « Je l’ai demandé au Seigneur. »
Elcana, son mari, monta au sanctuaire avec toute sa famille pour offrir au Seigneur le sacrifice annuel et s’acquitter du vœu pour la naissance de l’enfant.
Mais Anne n’y monta pas. Elle dit à son mari : « Quand l’enfant sera sevré, je l’emmènerai : il sera présenté au Seigneur, et il restera là pour toujours. »
Lorsque Samuel fut sevré, Anne, sa mère, le conduisit à la maison du Seigneur, à Silo ; l’enfant était encore tout jeune. Anne avait pris avec elle un taureau de trois ans, un sac de farine et une outre de vin. On offrit le taureau en sacrifice, et on amena l’enfant au prêtre Éli.
Anne lui dit alors : « Écoute-moi, mon seigneur, je t’en prie ! Aussi vrai que tu es vivant, je suis cette femme qui se tenait ici près de toi pour prier le Seigneur.
C’est pour obtenir cet enfant que je priais, et le Seigneur me l’a donné en réponse à ma demande.
À mon tour je le donne au Seigneur pour qu’il en dispose. Il demeurera à la disposition du Seigneur tous les jours de sa vie. » Alors ils se prosternèrent devant le Seigneur.

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME (Ps 83 (84), 2-3, 5-6, 9-10)

R/ Heureux les habitants de ta maison, Seigneur ! (Ps 83, 5a)

De quel amour sont aimées tes demeures, Seigneur, Dieu de l’univers. Mon âme s’épuise à désirer les parvis du Seigneur ; mon cœur et ma chair sont un cri vers le Dieu vivant !

Heureux les habitants de ta maison : ils pourront te chanter encore ! Heureux les hommes dont tu es la force : des chemins s’ouvrent dans leur cœur !

Seigneur, Dieu de l’univers, entends ma prière ; écoute, Dieu de Jacob. Dieu, vois notre bouclier, regarde le visage de ton messie.

DEUXIÈME LECTURE

« Nous sommes appelés enfants de Dieu – et nous le sommes » (1 Jn 3, 1-2.21-24)

Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas :
c’est qu’il n’a pas connu Dieu.
Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est.

Bien-aimés, si notre cœur ne nous accuse pas, nous avons de l’assurance devant Dieu.
Quoi que nous demandions à Dieu, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements, et que nous faisons ce qui est agréable à ses yeux.

Or, voici son commandement : mettre notre foi dans le nom de son Fils Jésus Christ, et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé.
Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et voilà comment nous reconnaissons qu’il demeure en nous, puisqu’il nous a donné part à son Esprit.

– Parole du Seigneur.

 

ÉVANGILE

« Les parents de Jésus le trouvèrent au milieu des docteurs de la Loi » (Lc 2, 41-52)

Alléluia. Alléluia. 
Seigneur, ouvre notre cœur pour nous rendre attentifs aux paroles de ton Fils.
Alléluia. (cf. Ac 16, 14b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque.
Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume.
À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents.
Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances.
Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher.

C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions,
et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses.
En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! »
Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? »
Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.

Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements.
Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Saint Joseph

Saint Luc 2, 41-52

Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque.Lorsqu’il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête.Puis, quand les jours furent écoulés, et qu’ils s’en retournèrent, l’enfant Jésus resta à Jérusalem. Son père et sa mère ne s’en aperçurent pas.Croyant qu’il était avec leurs compagnons de voyage, ils firent une journée de chemin, et le cherchèrent parmi leurs parents et leurs connaissances.Mais, ne l’ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem pour le chercher.Au bout de trois jours, ils le trouvèrent dans le temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant.
Tous ceux qui l’entendaient étaient frappés de son intelligence et de ses réponses.Quand ses parents le virent, ils furent saisis d’étonnement, et sa mère lui dit : Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Voici, ton père et moi, nous te cherchions avec angoisse.
Il leur dit : Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ?
Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.
Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait toutes ces choses dans son cœur.
Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

 

Réflexion

1) Joseph était un homme juste à qui Dieu a confié ce qu’il aimait le plus : son Fils, Jésus. Joseph en a pris soin comme le meilleur des pères et il a aimé la Vierge Marie comme un bon époux. Joseph est l’homme juste que l’Eglise propose comme modèle aux pères de famille chrétiens. Comme Abraham, il est un homme de foi et d’espérance inébranlables. Il a confiance dans la parole de Dieu et il est toujours prêt à faire ce que Dieu lui demande.

2) Joseph découvre la volonté de Dieu tantôt à travers des révélations prodigieuses, tantôt à travers les circonstances de la vie quotidienne. Il accueille Marie parce que l’ange le lui a demandé dans un songe ; il se rend à Bethléem parce que César veut compter ses sujets. Il fuit en Egypte parce que Hérode veut tuer l’enfant ; puis, averti en songe, il en revient. Dieu a des manières très diverses de faire découvrir ses desseins. Comme Joseph, soyons attentifs à accueillir en toutes circonstances le plan de Dieu.

3) Même si Joseph ne comprend pas ce qui lui arrive, il obéit promptement à l’ange du Seigneur. De même, il accepte l’explication de son Fils resté au Temple parce qu’« il faut que je m’occupe des affaires de mon Père » (Lc 2,49) Ni Joseph ni Marie n’ont compris cette réponse de Jésus. Mais ils ne voulaient s’opposer d’aucune manière au plan de Dieu sur leur fils. Joseph était un homme de Dieu, un juste d’Israël. Dieu a choisit Joseph comme gardien de ses trésors les plus précieux parce qu’Il trouvait en lui un serviteur fidèle et capable. Il a accompli sa mission : comme chef de la famille de Nazareth, il a veillé à ce que Jésus grandisse « en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes ». (Lc 2,52) Du Ciel, Joseph continue à protéger l’Eglise. Les chrétiens lui confient leurs intentions et, surtout, leur âme à l’heure de la mort.

 

Prière

Mon Dieu, Tu nous a donné en saint Joseph un modèle de père chrétien et un protecteur puissant. Accorde aux familles chrétiennes des pères généreux et attentionnés qui prennent soin de leurs enfants pour qu’ils grandissent en sagesse, en taille et en grâce dans une famille où règne l’unité, l’amour et la paix comme dans la Sainte Famille de Nazareth.
Nous Te le demandons par Jésus Christ notre Seigneur. Amen.

 

Résolution

Fêter mon époux (ou mon père) en lui donnant un petit cadeau simple qui l’aidera à grandir spirituellement.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *