Méditation du 06/12/2018

257

PREMIÈRE LECTURE

« Elle entrera, la nation juste, qui se garde fidèle » (Is 26, 1-6)

 

Lecture du livre du prophète Isaïe

En ce jour-là, ce cantique sera chanté dans le pays de Juda : Nous avons une ville forte ! Le Seigneur a mis pour sauvegarde muraille et avant-mur. Ouvrez les portes !
Elle entrera, la nation juste, qui se garde fidèle. Immuable en ton dessein, tu préserves la paix, la paix de qui s’appuie sur toi. Prenez appui sur le Seigneur, à jamais,
sur lui, le Seigneur, le Roc éternel. Il a rabaissé ceux qui siégeaient dans les hauteurs, il a humilié la cité inaccessible, l’a humiliée jusqu’à terre, et lui a fait mordre la poussière. Elle sera foulée aux pieds, sous le pied des pauvres, les pas des faibles.

– Parole du Seigneur.

 

PSAUME (Ps 117 (118), 1.8, 19-20, 21.25, 26)

R/ Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient !

ou Alléluia ! (Ps 117, 26a)

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éternel est son amour ! Mieux vaut s’appuyer sur le Seigneur que de compter sur les hommes !

Ouvrez-moi les portes de justice : j’entrerai, je rendrai grâce au Seigneur. « C’est ici la porte du Seigneur : qu’ils entrent, les justes ! »

Je te rends grâce car tu m’as exaucé : tu es pour moi le salut. Donne, Seigneur, donne le salut ! Donne, Seigneur, donne la victoire !

Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient De la maison du Seigneur, nous vous bénissons !

ÉVANGILE

« Pour entrer dans le royaume des Cieux, il faut faire la volonté de mon Père » (Mt 7, 21.24-27)

Alléluia, Alléluia. Cherchez le Seigneur, tant qu’il se laisse trouver ; invoquez-le, tant qu’il est proche ! Alléluia. (Is 55, 6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

 

Réflexion

1. De nos jours, la philanthropie ne manque pas : il y a des milliers d’oeuvres dans le monde qui secourent nos frères dans le
besoin. Et nous sommes nombreux à y participer de bon cœur. Mais quand nous arriverons au ciel, risquons-nous d’entendre Dieu nous dire : « je ne te connais pas » ? Quel drame ! Ce serait la plus grande tragédie imaginable et au moment le plus inopportun. Et pourquoi ceci nous arriverait-il ? Ce serait parce que nous aurions oublié le plus important : notre Dieu. Parce que nous l’aurions rejeté. Et comment cela ? En faisant notre volonté, parce qu’aussi bonne soit-elle, elle n’est pas celle de Dieu.

2. Nous connaissons tous des personnes très bien intentionnées qui vont à l’Église et prient des heures devant des statues. Cependant, à la fin de leur vie, Dieu les reconnaîtra-t-il ? Seulement dans la mesure où ils n’auront pas oublié leurs frères, car c’est justement là où le Christ se trouve. Jésus nous le dit dans l’Evangile : « Aime Dieu pardessus toute chose et ton prochain comme toi-même ». Ainsi c’est facile, puisque pour un chrétien cela revient à recevoir les sacrements, surtout l’Eucharistie et la Confession, et à accomplir les commandements.

3. Imitons l’exemple de Marie, celle qui savait prier et servir. L’Evangile nous dit : « Marie conservait toutes ces choses dans son coeur » ;
mais en même temps il dit : « Marie s’est mise en chemin et s’est rendue en hâte … » pour servir sa cousine Elisabeth. Par conséquent, servons Dieu par la prière et par la charité envers les autres.

 

Dialogue avec le Christ

Seigneur, quand je pense que mon cœur est débordant d’amour, et me rends compte dans un moment de sincérité que c’est seulement moi que j’aime dans l’aimé, délivre-moi de moi-même. Et, Seigneur, quand le royaume des cieux se confond trompeusement avec les royaumes de ce monde, ne laisse rien me satisfaire excepté Dieu et sa très sainte volonté. Amen.

 

Résolution

Avant de m’embarquer dans une « bonne action » qui m’attire à priori, examiner avec attention les raisons profondes de cette attirance. Prier afin de savoir si c’est bien là que se trouve la volonté de Dieu pour moi, ou s’Il veut que je consacre mon temps et mon énergie à autre chose. Rechercher l’avis objectif d’un bon conseiller spirituel pour m’aider à y voir clair.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *