Actualités

La protection des enfants

« Jésus, voyant cela, fut indigné, et leur dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. » Marc 10, 14

  1. L’ENFANT , VU DE JESUS CHRIST

La période de l’enfance est une phase durant laquelle l’être humain est plus vulnérable, car il n’a pas fini de se développer tant physiquement que mentalement. Il est en transition vers l’âge de la responsabilité, l’âge adulte, durant lequel il aura à remplir des rôles sociaux et contribuer à la vie et au développement de sa communauté. Mais en attendant ii est en pleine constitution et mérite plus d’attention de la part des adultes.  Le Seigneur Jésus n’affirme-t-il pas en Math. 18, 10 : « Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits » ? Par cette phrase le Seigneur Jésus nous met en garde contre toute attitude méprisante, dévalorisante, humiliante voire déshumanisante à l’égard des enfants dont il se présente comme étant l’Ami.

Parce que l’enfant est plus petit que nous par la taille, nous pensons que ses besoins sont plus petits, voire inexistants. Pourtant l’enfant a des besoins encore plus grands que ceux d’un adulte.  En effet, en dehors de l’immaturité et de la fragilité physique et mentale, quelle différence il y a-t-il entre l’adulte et l’enfant ? Est-ce qu’une âme d’enfant est plus petite qu’une âme d’un adulte ? Si au point de vue nourriture, l’enfant a le droit aux meilleurs morceaux pour un développement physique et intellectuel harmonieux, au point de vue spirituel, il a également besoin qu’on lui donne le meilleur de la Parole de Dieu pour sa croissance spirituelle, tout comme du point de vue émotionnel il a besoin de notre plus grand amour afin de lui garantir un équilibre mental et social stable.

  1. LES PRINCIPES LEGAUX DE LA PROTECTION DE L’ENFANT

Ces objectifs soutiennent les principes légaux de la protection de l’enfant que nous souhaitons vous faire découvrir à travers cette rubrique, l’objectif étant  de vous faire connaitre les piliers de la protection de l’enfant, bases (parfois méconnues) du travail avec les enfants de l’éducation données à l’enfant par son parent, de l’encadrement des enfants d’une communauté.

4 principes sous-tendent la protection juridique, éducative et morale des enfants :

  1. la non-discrimination,
  2. la vie,
  3. survie et développement de l’enfant,
  4. la participation de l’enfant et l’intérêt supérieur de l’enfant.

La rubrique de ce jour traitera du principe de l’intérêt supérieur de l’enfant, qui doit être mis en avant de toute action pour les enfants, comme nous le recommande vivement le Christ : «Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendit à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer » Matthieu 18.6.

Ainsi donc les enfants méritent une attention toute particulière. Le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant s’attache à cette nécessité de protection des enfants. Il implique deux règles importantes :
1. Toutes les décisions concernant les enfants doivent être prises dans l’intérêt exclusif de l’enfant pour assurer son bien-être immédiat et futur.
2. Toutes les décisions et tous les actes doivent impérativement garantir les droits de l’enfant. L’intérêt supérieur de l’enfant subordonne la nécessité d’une protection des enfants.

En effet, Le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant a pour objectif de promouvoir et de garantir le bien-être de tous les enfants, sur plusieurs aspects :

  1. Le bien-être physique : assurer la bonne santé et le bon développement de l’enfant.
  2. Le bien-être mental : offrir à l’enfant la possibilité de se développer intellectuellement.
  3. Le bien-être social : assurer à l’enfant la possibilité de s’épanouir socialement, spirituellement, etc.

 

  1. NECESSITE D’UN ENVIRONNEMENT PROTECTEUR POUR LES ENFANTS

La protection des enfants doit être assurée avant tout par les parents et la communauté qui les entourent, puis par les États. Bien évidemment, le bien-être de chaque enfant ne peut être obtenu de la même manière. Chaque enfant est un individu unique avec des besoins spécifiques. Aussi, ses caractéristiques individuelles (l’âge, le sexe, l’état de santé, l’existence ou non d’un handicap, la présence ou l’absence des parents, l’environnement, etc.) vont permettre d’identifier ses besoins pour concrétiser son bien-être. Cependant,  ces caractéristiques individuelles ne doivent pas entraîner des discriminations à l’égard des enfants.

  1. LE ROLE DES PARENTS ET DE LA COMMUNAUTE POUR LA PROTECTION DE L’ENFANCE

Les membres de la famille ou de la communauté (aussi bien catholique) doivent avoir, bien que ces aptitudes soient généralement innées,  les compétences, les connaissances et la motivation nécessaires pour permettre une protection effective des enfants, identifier et réagir contre d’éventuels cas de discrimination, négligence, ou mauvais traitements. Une protection efficace des enfants est vitale pour leur bien-être, car, en raison de leur grande vulnérabilité, ils sont plus exposés aux divers problèmes de maltraitance, d’exploitation, de discrimination et de violence.

L’intérêt supérieur de l’enfant doit guider toute action à son égard. Cependant la prise en compte de ce principe produit de faibles effets s’il n’est pas associé aux 3 autre principes fondamentaux de protection des enfants que nous analyserons lors de la prochaine édition.

Didier.G

Expert programme Enfance et Justice Transitionnelle

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page