En Colombie, l’Église a nourri 6 000 migrants vénézuéliens la veille de Noël

228

Situé à la frontière avec le Venezuela, le diocèse colombien de Cucuta a fourni de la nourriture et des cadeaux, le 23 décembre, pour 6 000 migrants vénézuéliens.

La maison d’étape de la divine providence (Casa de Paso Divina Providencia) a été ouverte en janvier 2018 par le diocèse de Cúcuta (Colombie) pour venir en aide aux milliers de Vénézuéliens qui quittent leur pays, en proie au chaos et à la famine.

Situé à la frontière avec le Venezuela, le diocèse de Cucuta veut ainsi « tendre la main à nos frères qui émigrent à la recherche de nouvelles opportunités face à la grave crise qui frappe leur pays », selon les mots de Mgr Víctor Manuel Ochoa Cadavid, évêque de Cúcuta, lors de l’ouverture de la Casa de Paso.

Cette œuvre de la Divina Providencia, qui dépend de la paroisse de San Pedro Apostol et qui est coordonnée par le père David Caña Perez, invite toutes les congrégations, tous les mouvements d’Église (écoles bibliques, groupes de prière mariale, séminaire…) et tous les fidèles du diocèse à contribuer à l’aide matérielle fournie aux migrants.

812 200 déjeuners servis en 2018

Elle accueille chaque jour entre 1 000 et 1 200 personnes. Au total en 2018, la Casa de Paso aura servi aux migrants vénézuéliens 812 200 déjeuners.

Dimanche 23 décembre, pour la veille de Noël, la Casa de Paso a offert de la nourriture et des cadeaux à 6 000 migrants vénézuéliens. « 1 200 kg de viande ont été rôtis », a précisé le père Caña, en soulignant que tous les mouvements d’Église ont contribué au service, à la musique et à l’animation de la journée.

« Les enfants sont repartis heureux parce qu’ils ont tous reçu un cadeau de Noël, grâce à l’hôpital régional de Tibú qui a fait don de 600 jouets pour les enfants vénézuéliens », a rapporté le diocèse.

Le nonce donne trois tonnes de vivres

De son côté, le nonce apostolique en Colombie, Mgr Luis Mariano Montemayor, a fait don de trois tonnes de vivres au diocèse de Cúcuta. Le nonce argentin, en poste en Colombie depuis quelques mois, avait en effet visité la veille, le 22 décembre, plusieurs abris administrés par le diocèse à la frontière, et avait rencontré Mgr Ochoa, ainsi que Mgr Mario Moronta, évêque de San Cristóbal (Venezuela).

Les deux évêques avaient alors informé Mgr Montemayor de la situation migratoire actuelle. « C’est une bénédiction de Dieu d’avoir un évêque, des prêtres et des laïcs qui aident tant d’hommes et de femmes vénézuéliens de manière désintéressée », a déclaré à cette occasion Mgr Moronta, exprimant sa reconnaissance au diocèse de Cúcuta.

« Les Vénézuéliens représentent le Christ qui souffre »

En juin dernier, l’évêque de Cúcuta avait adressé un message d’encouragement « à tous ceux qui aident leurs frères du Venezuela ». « Il faut aimer ces frères dans le besoin, avait-il déclaré. Ils représentent, en ce moment de la vie et de l’histoire, le Christ qui souffre. »

Selon les autorités colombiennes, il y aurait entre 300 000 et 350 000 Vénézuéliens en Colombie, dont beaucoup installés irrégulièrement. En outre, on estime à 25 000 le nombre de Vénézuéliens qui arrivent chaque jour dans le pays et à au moins autant le nombre de Vénézuéliens qui viennent en Colombie pour acheter de la nourriture ou gagner de l’argent grâce à des petits boulots informels.

Source: https://africa.la-croix.com/




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *