ActualitésHomélies

Ascension du Seigneur : Ascension, terme et commencement

L’Incarnation, mouvement descendant, du ciel vers la terre… Ascension, mouvement ascendant, de notre terre vers les Cieux ! Une telle représentation simplifie et n’épuise pas le mystère de notre salut.

Avec l’Ascension, nous célébrons un terme et un commencement. Pour nous, le Fils a vécu sa trajectoire de vie : naissance, vie publique, passion, mort, résurrection et son Ascension. Cette montée au ciel est un acte de Dieu traduisant l’heureuse conclusion de l’obéissance et la totale soumission du Fils. Elle scelle la Seigneurie de Jésus sur la création visible et invisible ! Le livre des Actes nous fait revivre comme en live cet événement : « Après ces paroles, ils le virent s’élever et disparaître à leurs yeux dans une nuée. ». Dieu le Père manifeste sa puissance et ramène chez lui celui qu’il avait envoyé chez nous.

Si Jésus est le premier de cordée, premier bénéficiaire de ce geste du Père, il attire à lui aussi l’humanité. Nous exprimons l’espérance de notre état futur, être auprès de Dieu. Jésus termine une étape et en inaugure une autre. Il s’en va mais reste au milieu de nous jusqu’à la fin des temps. Loin de s’évader de nos conditions humaines, « il est entré dans le ciel même, afin de se tenir maintenant devant la face de Dieu ». Aussi, cette solennité nous invite à lever la tête vers les réalités d’en-haut, notre ultime demeure qui n’est que céleste. « Au terme, nous parviendrons tous ensemble à l’unité de la foi et la vraie connaissance du Fils de Dieu ». Notre vie de baptisés nous rend témoins et par le fait, missionnaires : « Vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ».  Le monde entier devient un vaste chantier pour la Bonne nouvelle et les œuvres concrètes, par les signes au nom de Jésus, pour le salut universel.

Jésus parti, sortons de nos torpeurs, nos évasions et de nos extases. « Pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? » Pendant ce temps d’absence-présence, ayons le regard vers le ciel mais les pieds sur terre et nos mains dans la pâte humaine ; attendre tout du ciel ne nous dispense pas de nos engagements et responsabilités sur la terre, notre maison commune. Le témoignage se réalise au quotidien et dans l’engagement concret en évitant toute lâcheté et tout pacte avec le mal. Prions donc, les bras levés, notre Dieu qui n’aime pas les bras croisés.  L’Esprit Saint promis nous aidera à achever l’œuvre de la création. Puisse-il, quand il reviendra, nous trouver actifs et vigilants dans l’amour et la foi !

Abbé Michel BELEMGOUABGA
Curé de Cinkansé dans le diocèse de Tenkodogo (Burkina Faso)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page