À Haïti, au côté des sourds-muets

380

À Haïti, l’Institut Marie Louise de Jésus, géré par la Congrégation des Filles de la Sagesse, accueille 167 élèves malentendants, de trois à quatorze ans.

 

Au Nord d’Haïti, l’Institut Marie Louise de Jésus, géré par les Filles de la Sagesse, se consacre en particulier aux enfants sourds-muets. Il est soutenu par les Œuvres Pontificales Missionnaires. Cette école accueille des enfants dès la maternelle, et jusqu’à l’équivalent de la 4ème française, soit environ quatorze ans. Pour 49 de ces écoliers, l’institut devient leur nouveau foyer, car ils y résident sur place comme pensionnaires, ne rentrant chez eux que trois fois par an. L’Institut propose une assistance sanitaire et s’occupe des soins spécialisés pour ceux qui en ont besoin. Enfin, tous les élèves sont soutenus matériellement pendant leur scolarité, pour leurs uniformes, leurs transports et éventuellement pour un soutien familial.

 

Sœurs éducatrices

La Congrégation des Filles de la sagesse, fondée en 1703 par saint Louis-Marie Grignion de Montfort et la bienheureuse Marie-Louise Trichet est née afin d’assurer l’assistance, la formation religieuse et l’éducation des populations défavorisées de l’ouest de la France. Les sœurs se consacrent à l’enseignement de ceux qui sont les plus marginaux, suivant en cela les prescriptions de leur saint fondateur : « Ceux que le monde délaisse doivent vous toucher le plus ». À Haïti, elles œuvrent en faveur de la population du département du nord, du nord-est et d’Artibonite depuis 1983, en particulier au profit des enfants sourds-muets.

Conformément à l’esprit de leur congrégation, les sœurs proposent une formation complète, qui offre des cours de catéchèses, mais également des cours professionnels tels que la couture, la broderie, le crochet, la menuiserie, la cuisine, l’informatique et la danse. Après leurs études, certains de ses élèves travaillent auprès de l’Institut en tant qu’enseignants. D’autres poursuivent ailleurs leurs études, et d’autres encore sont employés dans le monde du travail, ayant ainsi la possibilité de s’intégrer progressivement à la société.

 

Enfants missionnaires

Les écoliers, qui grandissent dans ces conditions privilégiées, sont invités à participer au Fonds universel de l’Enfance missionnaire. Cette œuvre permet à des enfants de venir en aide à d’autres, conformément à l’intuition de son fondateur, Mgr Charles de Forbin-Janson. Au XIXe siècle il demandait à des enfants français de venir en aide aux enfants en difficulté dans le monde, en offrant un Je Vous salue Marie par jour et un sou par mois. À présent, quinze millions d’enfants dans le monde s’informent sur la vie des autres enfants, de leurs Églises, s’entraident et prient les uns pour les autres.

Source: https://fr.aleteia.org/




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *