À Abidjan, une journée ivoirienne de la Famille autour de la communication parents-enfants

298

Des centaines de familles ont pris part, dimanche 9 décembre, à la 15e journée ivoirienne de la famille organisée par l’association « famille et éducation », proche de l’Opus Dei.

Pour cette édition, elles ont réfléchi sur la communication parents-enfants pour une formation d’enfants autonomes, libres et responsables.

Dimanche 9 décembre, le père Abdoulaye Sissoko, vicaire régional de l’Opus dei en Côte d’Ivoire a présidé une célébration eucharistique marquant la 15e édition de la journée de la famille, organisée par l’association famille et éducation.

Cette rencontre a réuni 1 050 parents et enfants à l’école Etimoé, à Abidjan. Organisée une fois par an, le premier dimanche du mois de décembre, cette journée vise à aider les parents à assumer pleinement leur rôle de formateurs d’hommes et de femmes de qualité, capables d’améliorer la société ivoirienne par leurs actes quotidiens. L’édition 2018 était consacrée à la communication parents-enfants pour une formation d’enfants autonomes, libres et responsables.

« C’est avec la foi en Dieu, en son pouvoir, que nous serons capables de faire face aux défis actuels de la famille, sans peur, mais avec optimisme, mentalité de victoire et espérance, a estimé le père Abdoulaye Sissoko. Nous sommes tous concernés, parents et enfants, pour nous proposer des objectifs ambitieux en ce temps de l’Avent pour construire une communication pleine d’espérance et de charité qui rend véritablement heureux. »

Amitié parents/enfants

Après la messe, s’est tenu un panel de 4 experts dont le but était d’apprendre aux parents à développer l’amitié avec leurs enfants afin de leur inculquer des valeurs et de lutter contre la drogue, une sexualité précoce, et les dangers liés réseaux sociaux. « Par ton amitié, tu gagneras le cœur de ton enfant, sa confiance et tu deviendras son confident, a expliqué Martin N’guessan, président de l’association famille et éducation, l’un des panélistes. Grâce à vos conversations régulières, il comprendra qu’il est au centre de tes attentions et de tes préoccupations que tu fais l’effort de le comprendre et de le rejoindre dans ses interrogations, et ses doutes. »

Selon lui, cette relation amicale parents-enfants, doit commencer dès le bas âge et les enfants doivent être impliqués dans la gestion courante des tâches de la vie de famille. Martin N’guessan a surtout recommandé aux parents de trouver des moments d’échanges en privé avec chaque enfant pour apprendre à se connaitre et développer une complicité. « Les parents qui ont pratiqué cette méthode ont mieux connu leurs enfants et ont pu leur enseigner les vertus et les valeurs qu’ils jugeaient importantes pour leur vie, a assuré le président de famille et éducation. Ils ont pu développer avec ces derniers une intimité et une connivence qui durent jusqu’à ce que leurs enfants se marient. »

Tenir promesse et être présent

Pendant que leurs parents participaient au panel, les enfants étaient, pour leur part, réunis en atelier par sexe et par tranche d’âge pour des discussions libres autour de ce qu’ils attendent de leurs parents, et parler de leadership. À l’issue de leurs ateliers chaque groupe d’enfants a fait des recommandations. « Les enfants nous demandent de ne pas promettre du bout des lèvres et de respecter notre parole, a révélé Jean Louis Allou, moniteur de l’atelier des jeunes garçons de 11-12 ans. Ils souhaitent plus de présence auprès d’eux. » Estimant être conscientes des dangers de la vie actuelle, des adolescentes de la tranche 15-16 ans ont pour leur part demandé aux parents de leur faire confiance, en évitant la surprotection.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *